Sommaire Alimentation et Santé
 Sommaire des dossiers

Alimentation et maladie d'Alzheimer

C'est en 1906 que le neuropathologiste allemand Alois Alzheimer décrit cette maladie pour la première fois. Cent ans après, le nombre de personnes atteintes par cette maladie ne cesse d'augmenter, et ce, partout dans le monde, y compris dans les pays en développement.


La maladie d'Alzheimer est une pathologie neuro-dégénérative du cerveau : elle touche principalement les personnes âgées (mais les atteintes précoces - c'est à dire aux environs de 40 ans - existent), et les fréquences d'apparition de la maladie augmentent avec l'âge : ainsi, si 5% des personnes de plus de 65 ans sont touchées, on observe la maladie chez 25% des personnes de plus de 80 ans. En France, on estime à 650 000 le nombre de personnes atteintes par la maladie. 72% des résidents en maison de retraite sont des malades Alzheimer, et les 3/4 des malades Alzheimer (en institution ou à domicile) sont dépendants.


La dégénérescence du cerveau entraîne une détérioration progressive des fonctions cognitives de l'individu


(voir à cet égard la vidéo explicative de la Société Alzheimer du Canada).


La personne touchée perd tout d'abord la mémoire récente, a des troubles du comportement, et, petit à petit, on assiste à la disparition des facultés physiques et intellectuelles de l'individu.
Cette pathologie majore par 1,8 le risque de décès des personnes âgées (par maladie cérébro-vasculaire et pathologie respiratoire).


Les liens entre alimentation et maladie d'Alzheimer sont très étroits : tout d'abord parce que l'apparition de la maladie est liée à certains facteurs alimentaires, et parce qu'ensuite, lorsque la maladie est présente, elle retentit énormément sur le comportement alimentaire des malades, ce qui aura un impact important sur la qualité de vie et la longévité du malade.


Sources : France Alzheimer
Étude PAQUID


page suivante



©2002-2009 Alimentation et Santé® - Tous droits réservés - Crédits - Plan du site - Accueil