Sommaire Alimentation et Santé

Actualités


En cette période de rentrée, voici deux ouvrages à lire sans attendre, qui attirent notre attention sur des aspects peu abordés de l'alimentation.


Tout d'abord, parlons du livre de Pierre Weill, intitulé "Tous gros demain? 40 ans de mensonges, 10 kilos de surpoids".
Cet ouvrage aborde de façon très claire la problématique de la production alimentaire dans les pays riches (l'Europe, les Etats-Unis...). L'auteur nous explique que si les maladies cardiovascualires, le diabète, l'obésité etc se développent très rapidement, c'est en grande partie du à la qualité des aliments, qui a beaucoup évolué au fur et à mesure de l'industrialisation de notre alimentation.
Ainsi, il nous démontre que la viande de boeuf que nous consommons aujourd'hui n'a rien à voir avec celle consommée par nos ancêtres, du fait de nouveaux modes d'élevage, entraînant notamment une énorme modification de l'alimentation du bétail. Par conséquent, en veillant à la qualité de l'alimentation des animaux que nous consommons, nous assurons à l'Homme de biens meilleurs aliments.
L'évolution de l'alimentation des animaux pêche notamment dans la qualité des matières grasses fournies, avec un déficit en oméga 3 aux bénéfices des oméga 6 (comme pour l'homme). Habituellement, les bovins trouvent les oméga 3 dans l'herbe. Or, combien de bovins consomment de l'herbe aujourd'hui? Ils sont plutôt nourris avec des ensilages de maïs qui ne contiennent pas d'oméga 3.
Un ouvrage à lire pour comprendre pourquoi il est essentiel de veiller à la production de nos aliments!


Et puis, l'ouvrage dérangeant de Michel de Lorgeril, cardiologue et chercheur au CNRS : Dites à votre médecin que le cholestérol est innocent, il vous soignera sans médicament.
Dans ce texte, très complet, Michel de Lorgeril explique comment on fait dire tout et son contraire aux études scientifiques, qui servent en général d'étais aux théories médicales. Il nous dit aussi combien l'interprétation de ses études est difficile, et souvent menée dans le sens d'un intérêt commercial (par les firmes pharmaceutiques, en ce qui concerne le cholestérol). Il nous démontre enfin pourquoi le niveau des maladies cardiovasculaire ne diminue pas, alors même qu'on n'a jamais prescrit autant de médicaments anti-cholestérol. Serait-ce à dire que le cholestérol n'a qu'un rôle mineur dans les décès liés aux maladies cardio-vasculaires?



©2002-2009 Alimentation et Santé® - Tous droits réservés - Crédits - Plan du site - Accueil